Non classé

Bons baisers d’Helsinki

Bons baisers d’Helsinki

Quand une ville nous rappelle que l’éco quartier n’est pas une mode mais une nécessité une réelle réponse aux besoins des jeunes (et moins jeunes) ménages.

Alors que la réflexion semble stagner en France après la période d’euphorie des années 2000 à 2010, les pays nordiques continuent sur leur lancée et n’en finissent pas de nous étonner.

Un récent voyage dans les pays baltes (et un crochet en Finlande) m’a permis de mesurer le chemin parcouru par ces pays et de constater qu’une volonté toujours aussi opiniâtre existait avec pour objectif de produire des morceaux de ville durables. Toujours plus vastes et cohérents.

Deux opérations anciennes dans leur conception sont aujourd’hui arrivées à maturité. Parmi les nombreuses expériences finlandaises, j’en retiendrai deux qui m’ont particulièrement séduit : celle de SARVASTONKARRI située à proximité du centre-ville et constituée de 108 maisons individuelles. ET celle plus connue de LAKOTARNO plus connue sous son nom de code d’ECO VIKKII située au nord de Helsinki et qui accueille plus de 10 000 habitants.

SARVASTONKARRI (banlieue Est d’Helsinki)
  • 108 unités individuelles réparties entre accession et accession

SARVASTONKAARI

 

 

  • Des maisons en bois sur (un ou) deux niveaux, groupées par deux

IMAGE2

 

  •  Un plan de masse simple constitué de grappes d’une dizaine de logements disposés autour d’un vaste espace commun équipé de jeux d’enfants et de mobilier rustique.

IMAGE4

IMAGE3

 

  • Au centre du programme, un vaste local accueille toutes les activités communes : laverie, salle de réunion et d’expression, sauna (inévitable) etc. … un tracteur commun est stationné à proximité pour entretenir tous les espaces verts communs de la copropriété.

IMAGE5

IMAGE6

IMAGE7

 

  • Une opération idéalement située entre port de plaisance et desserte en transport en commun : le quartier est desservi par une ligne de bus urbain (fréquence constatée : toutes les quinze minutes) qui rabat les usagers vers la gare de métro d’HERTONIEMI et ensuite au centre de la capitale : temps estimé entre le quartier et la gare centrale : ½ heure.
  • Une place pour l’automobile » distanciée » : le plan de masse de l’opération (réalisé par un architecte suédois en 1978) localise les aires de stationnement en car- port ou en places de surface à la périphérie du programme par poches.

IMAGE8

 

  • L’ambiance au sein du quartier se ressent de cette mise à distance des automobiles : cependant de petites allées piétonnes permettent à tout un chacun de pénétrer au cœur du quartier, à vitesse très réduites pour vider son coffre. L’enfant règne en maître au sein de ce quartier pacifié et accueillant.

IMAGE9

IMAGE10

IMAGE11

  • Chaque habitation dispose classiquement d’un avant et d’un arrière : l’avant, donnant sur l’espace public est traité en frontage (ou jardin de ville) : quelques plantations rustiques habillent les façades sur deux mètres environ. L’arrière quant à lui, est traité de manière à permettre une réelle intimité. Une façade publique en lien avec les espaces communs et un arrière intime en lien avec la nature environnant.

IMAGE12

IMAGE13

Cette opération déjà ancienne (conception 1978) obéissant à de hauts standards écologiques fait surtout, de manière simple, la démonstration que le durable, sans la dimension sociale et sociétale (sans le vivre ensemble) n’est rien. De nombreuses discussions à bâtons rompus avec les résidents de ce quartier m’ont confirmé cette intuition.

Les habitants ont su récemment utiliser les nouveaux outils pour optimiser leur fonctionnement commun : la gestion des calendriers des équipements, le covoiturage, et les décisions communes sont prises grâce à un groupe résidentiel Facebook qui tend à supplanter le vieux cahier de réservation.

IMAGE14

IMAGE15

Pour plus d’informations sur les Eco quartiers scandinaves, visionner le film :
   –  sur le blog : www.liaisons-urbaines.com
   –  sur le site de l’agence : www.siamconseil.com

2 Commentaires

  1. Bonjour et merci beaucoup d’avoir partagé cette expérience en Finlande avec ses photos forts parlantes. On se sent presqu’en vacances en les regardant. . . J’aurais aimé en savoir plus en regardant le film sur les expériences scandinaves mais il y manque malheureusement le son! Bonne rentrée, Astrid

  2. BARBARA GOUTTE

    Salut à vous,
    j’aimerai en savoir plus sur la gestion des limites entre espaces publics et privés…et ses franges nettes quasi « intangibles » que nous connaissons bien chez nous sous forme de clôtures diverses et variées, et qui ont l’air de disparaitre ! d’ailleurs, elles n’apparaissent pas non plus sur le plan masse. Seules les constructions sont représentées …
    au plaisir d’en discuter ensemble
    Barbara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>