Boîte à i-DD, Non classé

La démarche participative : gadget ou nécessité?

→ Ces trois dernières années, l’agence a accompagné une vingtaine de communes dans l’organisation et l’animation de dialogue participatif. Nous avons été surpris, comme les élus, de la richesse et de la pertinence des apports des participants sur des projets d’extension urbaine, de zone d’activités ou de centre-bourg.

Depuis un an apparaît dans les appels d’offre la demande « d’animation de la réflexion en lien avec les acteurs du territoire ». Signe d’une tendance amorcée depuis plusieurs années et qui s’affirme aujourd’hui comme un élément nécessaire à l’élaboration du projet urbain.

Force est de constater effectivement que la concertation traditionnelle échoue le plus souvent à atteindre ses objectifs. Elle peine à impliquer l’ensemble des usagers et rencontre essentiellement un public intéressé à titre privé. Et intéresse difficilement des habitants qui ont le sentiment d’un projet déjà abouti.

Et pourtant, quels enjeux majeurs que de créer un nouveau quartier, requalifier un centre-ville, investir une friche ! Ces espaces, déjà vécus, traversés, utilisés, vont évoluer au service de l’intérêt général. Ils seront pratiqués, vécus, ressentis. Leur appréciation, leur vitalité, leur convivialité, … leur pérennité dépendent d’un résultat essentiel : l’appropriation des lieux par les habitants.

A ce titre, l’urbanisme ne peut se contenter d’être une discipline technique, associant programme, dispositifs fonctionnels et esthétisme. La ville conçue doit être attractive, valorisante, agréable pour ses habitants, ses usagers. Autant de valeurs immatérielles qui ne se décrètent pas mais naissent des petites touches apportées par chacun. Dès lors comment imaginer créer des espaces de vie sans associer les principaux intéressés ?

               Qu'attendre d'un dialogue participatif?

L'animation d'un dialogue à chaque étape du projet est source d'apports considérables : 

> Une connaissance des perceptions et des usages
> Un échange sur les questions, les craintes, les aspirations et les besoins en amont de la définition du projet
> L'analyse critique des propositions, des innovations: leur fonctionnalité, leur acceptabilité
> Des contributions pour l'amélioration du projet
> Enfin, l'implication des acteurs : habitants, professionnels qui se poursuivra après la réalisation du projet.
 

→ Le dialogue participatif s’inscrit dans une démarche d’incrémentation, où le projet se construit au fur et à mesure, dans un processus « d’amélioration continue ».

Pour autant, mener une démarche participative n’est pas en soi une garantie de résultats. Les freins et les écueils sont multiples : méfiance, peur de la dissimulation ou de la manipulation ou à l’inverse perplexité devant un sujet trop vaste ou trop technique.

→ Comme toute phase du projet, le dialogue ne s’improvise pas. Il nécessite à la fois méthode, compétences et organisation.

Nourris des expériences récentes menées auprès de communes de 2 000 à 50 000 habitants, nous avons peu à peu élaboré les méthodes et outils qui structurent ces moments de participation.

→ En ce début de mandat, il nous paraît essentiel de transmettre aux collectivités les clés de l’organisation et l’animation du dialogue participatif au service du projet urbain.

Nous avons mis au point un module pédagogique qui, illustré d’exemples concrets, fournit des repères opérationnels vous permettant d’organiser un dialogue participatif pour la co-élaboration de votre projet autour de ses quatre questions :

  • A quelle étape initier le dialogue ? Entre le début de la réflexion et la livraison du chantier, il y a plusieurs temps où la participation des usagers, actuels ou futurs est un atout certain pour le projet : lesquels ?
  • Qui associer et comment ? Cibler les participants est essentiel puisqu’il s’agit bien de se donner les moyens d’impliquer les publics traditionnellement absents des temps de concertation classique : comment inviter ? A quels moments les mobiliser ? Combien de temps ?
  • Sur quels sujets ? Entre la tentation de proposer une « page blanche » et celle de tout verrouiller, quels sont les sujets sur lesquels la participation apporte un enrichissement ?
  • Comment dialoguer ? C’est la question de l’animation, des outils mais aussi des étapes à mener pour un dialogue fructueux entre les élus et les usagers.

Cette séance d’une demi-journée intègre une simulation pratique d’organisation d’une démarche adaptée au cas de la collectivité concernée.

Pour en savoir plus : j.leleu@siamconseil.com – 02 47 36 20 21

cliquer sur l’image pour l’agrandir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>