Boîte à i-DD

Les Chaufferies bio masse en containers

Un concept innovant pour développer le recours à l’énergie bois dans les ZAC

Le développement des énergies renouvelables dans les nouvelles opérations d’aménagement, tout le monde est pour. Mais dans les faits, elles se heurtent à de nombreux freins : coûts, mauvais retour d’expériences, difficultés à trouver les compétences…

Les opérations d’aménagement soumises à étude d’impact doivent faire l’objet d’une étude de potentiel de développement des énergies renouvelables et de faisabilité d’un réseau de chaleur. Mais la création d’une chaufferie alimentée par des énergies renouvelables et desservant tout un nouveau quartier présente de nombreuses difficultés techniques, juridiques et financières :

–   Dans un nouveau quartier résidentiel, les besoins réels en chaleur, a priori, sont difficilement quantifiables.

–   La demande en chaleur va augmenter progressivement, au fur et à mesure de la construction des logements. Sur des projets de ZAC, la réalisation peut s’étendre sur une dizaine d’années.

–   A cet égard, une chaufferie centralisée représente un coût d’investissement initial très important alors que la faible modularité de la chaudière biomasse nécessitera dans les premiers temps de fonctionner avec une chaudière … au gaz !

– Enfin, comment assurer la gestion de la chaufferie et du réseau ? De la maîtrise de la qualité du combustible à la revente de la chaleur, de nombreux obstacles demandent à être levés avant la réalisation du réseau.

Il faudrait :

•   trouver une solution modulable, qui s’adapte à la demande en chaleur de la première maison installée au dernier logement créé…10 ans après.

•   créer un réseau évolutif dans le temps, étendu au fur et à mesure des tranches.

•   également pouvoir répondre à 100% des besoins, même en plein hiver, par de l’énergie renouvelable, sans avoir recours à un appoint à énergie fossile.

•   enfin pouvoir assurer l’approvisionnement local du combustible.

Un nouveau concept innovant.

Nous avons rencontré Alexandre Lissac, directeur technique et commercial de l’entreprise Containergie, lors d’une visite de la chaufferie biomasse de La Grigonnais (44). En partenariat avec le producteur de chaudières à bois déchiqueté Hargassner, cet entrepreneur aveyronnais développe un concept innovant, et qui pourrait bien être une réponse à toutes ces questions.

Chaufferie de la GrigonnaisWEB

Chaufferie de La Grigonnais (44)

Le concept est simple : plutôt qu’installer une seule grosse chaudière dans une chaufferie pour tout un quartier, il s’agit d’en installer plusieurs petites chaudières allumées ou éteintes selon le besoin. Pour faciliter l’installation, l’entreprise recycle des conteneurs maritimes. Ils deviennent alors une chaufferie dans laquelle sont installées plusieurs chaudières en cascade et le silo de stockage du bois déchiqueté. Ces modules proposent ainsi des puissances allant aujourd’hui de 50 à 800 kW.

Les chaufferies modulaires équipent ainsi des bâtiments publics, des entreprises et des copropriétés. La souplesse d’installation de cette chaufferie montée en usine permet d’envisager la création de « micro-réseau » de chaleur à l’échelle d’un îlot ou d’un quartier.

Prenons un cas concret. Considérons une ZAC de 300 logements avec un rythme de 30 logements par an. Un premier module est installé sur la première tranche pour répondre aux besoins en chaleur et eau chaude de 90 logements. La première année, une ou deux chaudières fonctionnent, selon les besoins. La deuxième année, la troisième est mise en route, etc. Lors du lancement de la phase suivante, on étudie le projet pour voir s’il est plus opportun d’ajouter un module de chaudière sur ce réseau ou d’en créer un nouveau.

Cette solution modulaire présente de nombreux avantages :

      • Un temps d’installation rapide – quinze jours pour installer le conteneur sur sa dalle et le raccorder au réseau
      • Une faible emprise au sol (entre 100 et 200m² selon la puissance par conteneur, en intégrant l’accès au silo)
      • Des coûts d’investissements répartis dans le temps, et souvent inférieurs aux coûts d’une chaufferie « en dur »
      • Une énergie 100% renouvelable – plus besoin d’appoint gaz
      • Une production de chaleur modulable selon les besoins
      • Et le jour où vous n’avez plus besoin de la chaufferie, vous la déménagez !

Sur l'aire de livraison du bois

Sur l’aire de livraison du bois

Pour en savoir plus : www.containergie.com

 

Quand les filières artisanales et agricoles s’associent pour la transition énergétique !

Au-delà de la question du recours à une chaufferie bois, c’est toute la filière autour que l’entreprise souhaite promouvoir et développer. Les partenariats avec les agriculteurs locaux aboutissent à l’émergence de filières locales d’approvisionnement basées sur l’entretien des forêts mais aussi sur la plantation et la gestion de haies bocagères. Certains exploitants agricoles peuvent devenir également partie prenante du projet. Citons l’exemple de l’entreprise Champ Rouget Bois Energie en Haute-Marne : producteur de bois de chauffage, cette société a investi pour la construction de la chaufferie de Courcelles sur Aujon (21). Elle assure aujourd’hui à la fois l’approvisionnement en combustible et l’entretien de la chaufferie et revend la chaleur ainsi produite au centre éducatif de la commune. Cette organisation permet à la fois d’assurer la qualité du combustible, de garantir un prix de vente de la chaleur plus faible que les énergies fossiles et d’assurer un revenu complémentaire aux exploitants agricoles.

Pour aller encore plus loin, les chaufferies bois sont l’occasion pour les communes de s’engager dans la voie de l’autonomie énergétique. Certaines ont déjà sauté le pas en valorisant bois et tailles de haies.

Pour en savoir plus : www.containergie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>