Formes urbaines

Saint-Pierre-des-Corps : 3 macro lots simples et conviviaux, bien insérés dans le tissu

Au moment où l’agence Siam Conseils initie une réflexion sur l’ergonomie de « macro-lots » avec des concepteurs urbains, il nous a semblé intéressant de visiter quelques réalisations. L’indice de pollution atmosphérique Lig’air approchant le seuil de 10, nous avons été bon élèves, avons pris nos vélos pour aller tout près de Tours à Saint-Pierre-des-Corps.

« Saint-Pierre », Ville de 1ère couronne de 15 000 habitants, combine deux traits singuliers dans l’agglomération. Nœud ferroviaire, son identité ouvrière est ancienne et toujours très présente, assumée voire revendiquée. Situé entre Loire et Cher, le territoire communal est intégralement inondable. Les potentiels d’extension urbaine y sont très faibles. Sa physionomie est très contrastée. La verticalité des grands ensembles côtoie un faubourg pavillonnaire très lâche. Depuis plusieurs années, l’acquisition patiente de morceaux de jardins ouvriers permet d’accumuler des unités parcellaires suffisamment vastes pour de petites opérations.

« Villa Curie » (2009-2013) est un programme de 19 appartements et 27 maisons de ville (MDV). Le foncier acquis par la collectivité a eu du mal à trouver preneur. La volonté communale d’accession s’est heurtée aux tendances lourdes du marché. Le cumul des dispositifs PASS FONCIER et PSLA, ainsi que la cession à prix coutant du terrain ont permis la réalisation du projet par le promoteur Artprom, associé au CIL. Les 3 parties sont parvenues à atteindre un prix de sortie de 2150 € du m² avec des options de performance énergétique tout à fait honorables. La composition mise en place par l’architecte Alain Gourdon est modeste et pertinente malgré une configuration parcellaire en U très contrainte. Une venelle irrigue l’îlot dans sa profondeur. Sa mixité auto/ piétons/ cycles a permis de réduire son emprise au minimum. Le positionnement du collectif en entrée d’opération sur une voie principale limite naturellement le nombre de véhicules pénétrants.

L’architecture des 27 MDV est décomposée en 3 formes de compositions, ce qui limite l’effet répétitif. Pour l’une des 3 typologies, l’entêtement à orienter nord sud des logements, en perpendiculaire à la voie, est manifestement préjudiciable pour l’accès de tous à la lumière naturelle (sauf pour le premier de la série). La prise en compte des règles de la zone inondables ménage un rez-de-chaussée fonctionnel occupé par un stationnement et une annexe. Cette forme commence à devenir la marque de fabrique des opérations récentes de la ville. Elle n’est pas dénuée d’intérêt pour les besoins pratiques des résidents. Côté paysager, la priorité a manifestement été donnée aux jardins privatifs. Sur l’un des linéaires de maisons groupées, la volonté d’avoir des accès principaux piétonniers depuis la voie est contre performante. Les jardins sur l’arrière sont entravés par l’allée des véhicules. A nouveau, le diable est dans le détail. On pourra regretter l’absence d’espace paysager commun. Le végétal est cantonné au traitement de limites séparatives ou d’occupation de l’espace.

Villa Curie en images : cliquer sur les photos pour les agrandir

 

« Jardins nouvel’R » (livraison en cours – 2014) va plus loin encore dans le caractère contemporains des programmes corpopétrussiens. Le programme développé par SAMI PROMOTION consiste en 40 appartements et 16 maisons en accession à un prix d’acquisition net d’environ 2500 € du m² (architecte Alain Gourdon). Il comporte du locatif, de l’accession et quelques terrains libres de constructeurs. L’unité foncière, en cœur d’îlot, était contrainte par sa riveraineté avec des fonds de jardins particuliers. Le rez-de-chaussée, non habitable, élève mécaniquement à R+1+combles un bâti de gabarit qui, en tout autre contexte, aurait été assez modeste. Le plan masse se caractérise par le regroupement du stationnement en deux poches et la mise en place d’un ample espace jardin en cœur d’opération. L’espace paysager central a différents statuts ; du potager privatif au jardin public. L’aspect jardiné du cœur d’îlot initial est maintenu par le parti de composition. Le quartier a une porosité totale de par un réseau très serré d’allées. L’empreinte au sol des maisons de ville est optimisée avec une emprise de seulement 15 m² sur 200 m² de jardin. Au sud, l’absence de voirie de desserte interne à l’îlot de maisons de ville est un vecteur de tranquillité. Mais l’exiguïté des parcelles et la hauteur des constructions créent une grande promiscuité. C’est une opération d’une grande finesse de composition. Vivement que le végétal atténue l’impact des nombreuses coursives qui altèrent les fenêtres sur le ciel, et la prégnance nos chers grillages.
Pour aller plus loin : http://vimeo.com/58969049
 

  Jardins nouvel’R en images : cliquer sur les photos pour les agrandir

 

Sur le trajet du retour, petite digression dans l’opération « Bel Air » (2003) ; un programme de maisons R+1+C en accession fait par European Homes (architecte Philippe Montandon). On y trouve la même problématique d’insertion dans une unité foncière compliquée. La prise en compte de l’inondation se limite à des RDC surélevés de 0,50 mètres du sol naturel. Elle bénéficie d’un square paysager en son centre. Les maisons de ville, modestes, sont bien distribuées. La patine qu’ont ajoutée certains propriétaires confère au lieu un certain charme. 

Bel Air en images : cliquer sur les photos pour les agrandir

 

Ces 3 projets sont des opérations d’ensemble d’une cinquantaine de logements sur des emprises de 2 ha environ. Leur composition préserve les résidents de flux de transits. Elles sont chaque fois singulières mais ouvertes et perméables aux autres quartiers. Leur taille suffisante permet la mise en place d’un espace paysager commun, qui compense l’exiguïté des extérieurs privatifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>