Non classé

Sortie prochaine de l’ouvrage de Gilles Gallichet

Nous avons le plaisir de vous annoncer en ce début d’année 2016, la sortie prochaine (fin janvier 2016) de l’ouvrage de Gilles Gallichet, Gérant de l’agence Siam Conseils intitulé :

AMENAGER EN TERRITOIRE PERI URBAIN
LA REGIE COMMUNALE : UNE AVENTURE HUMAINE

Le cas de la ZAC de Saint Lambert la Potherie
Editeur l’Harmattan

Cet ouvrage fait suite au manuscrit sorti en début d’année 2015, intitulé Aménager en territoire péri urbain : pièges et démarche, chez l’Harmattan en janvier 2015.

Il poursuit le dialogue entamé entre notre agence et les communes et les professionnels de l’aménagement et de la construction.

Moins théorique, ce 2ème opus tente de comprendre la dynamique en jeu dans le cadre des opérations réalisées en régie communale. La commune de Saint Lambert la Potherie vient de terminer une ZAC de 120 unités dans le cadre d’une régie, essentiellement animée par un trio d’élus (le maire et deux de ses adjoints).

Ils ont eu le sentiment de vivre une réelle aventure humaine dont l’auteur au travers d’interviews capte les moments les plus forts.

Gageons que cette aventure saura captiver les professionnels et les élus confrontés à cette question du développement communal.
Nous vous diffuserons chaque semaine jusqu’à la parution de l’ouvrage (prévue fin janvier 2016) un court extrait de cette … aventure.

Au générique de ce court extrait :

  • Pierre Vernot : maire de la commune
  • Henri voisine : 1er adjoint actuel et ex adjoint à l’urbanisme dans le mandat précédent
  • Jacky Nioche : actuellement retraité et ancien 1er adjoint dans le dernier mandat.
Extraits du prochain ouvrage à paraître fin janvier 2015 :

Pierre Vernot : un tableur Excel

Très concrètement le suivi financier est quelque chose d’assez simple : c’est un tableur EXCEL. Certains ont trouvé au départ que c’était encore trop complexe. Nous l’avons réduit à une quarantaine de lignes qui tiennent sur une page format A4 qui évolue tous les jours avec ce qui change en rouge, tout simplement. Nous avons connu des jours avec deux versions ; nous en sommes effectivement à la version 54 et ce n’est pas terminé.

Henri Voisine : une vision trop souvent pessimiste

La difficulté avec la gestion du Maire, c’est qu’il a toujours eu tendance à voir noir quand ça n’était que gris, à surestimer les coûts ! Il est vrai que cela présente un avantage, celui d’être certain de ne pas nous retrouver dans des difficultés.

Mais cela a parfois eu des effets néfastes pour l’opération : cette vision noire a parfois conduit le Maire à « rebuter » des candidats – acquéreurs, découragés par la grille de prix proposés.

A certaines époques, nous indiquions des prix sur la base d’une valeur moyenne de plus de 160 € Hors Taxes.

« Enfin soyons clairs ! Cette gestion financière nous a permis de sortir cette opération dans d’excellentes conditions pour la commune. Nous n’avions pas en interne les compétences nécessaires pour conduire un tel projet. C’est un enseignement à tirer pour toutes les communes désireuses de réaliser une opération en régie : si on n’a pas un véritable pilote financier, on peut craindre des dérives importantes et un laxisme qui peut être fatal au projet ». Jacky Nioche

Henri Voisine : Des difficultés avec Bercy

Je suis d’accord avec ce qui vient d’être dit : cependant je ne peux pas m’empêcher de penser que cette rigueur a souvent un côté castrateur, surtout quand celui qui tient ce rôle castrateur est en haut de la pyramide. Si ce rôle avait été tenu par le DGS ou par l’adjoint aux finances, cela aurait été plus facile à admettre et à vivre au quotidien ! Arbitre et castrateur sur une même tête peut poser des problèmes !

« Les cordons de la bourse ont été bien tenus ».

« Des frais de commercialisation de l’ordre de 0,5% du budget. »

« Le responsable urbanisme : personnage clé. »

Pierre Vernot : l’émergence d’un guichet unique

La régie nous a permis de réelles économies telles que sur les frais de commercialisation, qui ont été réduits à la portion la plus congrue. Ils s’élèvent en fin d’opération à 22 000 € sur un budget, rappelons-le, de 4,8 millions d’euros soit 0,5% contre 5% classiquement. Soyons par contre totalement honnêtes et disons que nous avons mis à contribution le personnel communal. La responsable du service d’urbanisme qui s’est passionnée pour le sujet, a joué un rôle essentiel dans la commercialisation du programme en accession.
La responsable urbanisme, à son poste, a pu jouer un rôle clé en renseignant les gens sur tous les aspects du dossier : du règlement, des aspects esthétiques, du calendrier, des travaux, des prix etc. Elle est devenue le guichet unique pour les aspirants à l’opération de la Grande Rangée.

Les frais financiers

Après avoir été estimés à 5 et 6%, au démarrage de la ZAC, les frais financiers s’élèvent aujourd’hui, à la toute fin de la l’opération à environ 1,3% soit 62 000€.

La commercialisation rapide nous a fait faire une économie de 200 000 €.

Le principe de la Caisse Unique : le budget annexe et le budget principal sont dans une caisse unique en termes de trésorerie. A un moment donné, après avoir acté la plupart des ventes, on finançait plus la commune avec la trésorerie de la ZAC. »

Fin de l’extrait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>